Un docu-fiction pour déplacer les cadres d’interprétation : l’histoire de Dans l’alcôve

Échange avec Maëlle Banton (Doctorante en géographie et aménagement de l’espace à l’université Montpellier 3, au LAGAM) et Claire Revol (Maîtresse de conférence à l’IUGA, dans l’équipe Environnements de Pacte), réalisatrices de Dans l’alcôve (2020, 36’), 

Entretien réalisé par Olivier Labussière, le 17 janvier 2022, et éditorialisé avec Laure Brayer et Edith Chezel.

Quel est votre chemin à chacune avec le cinéma ?

Maëlle : J’ai rencontré le documentaire au lycée grâce à une option cinéma. Je suis allée aux festivals de Lassalle, et Lussas. Je me suis rendue compte que… le documentaire, c’est presque plus fort que la fiction. J’ai remporté un premier prix au CINEMED [Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier] avec mon film de bac, une comédie musicale. En licence, j’ai fait des petites fictions qui ont reçu des prix, et pendant ma césure, j’ai fait une école de cinéma et réalisé un documentaire et des clips de sensibilisation. Avec Elena Focsa, on a réalisé Mademoiselle, un clip pour dénoncer le harcèlement de rue. C’est ce qu’entendent les femmes, raconté un peu comme un jukebox. Ce film a fait un beau parcours et a reçu des prix en festival et a été diffusé sur Fr3. Suite à cette année, je suis retournée à la géographie. Quand je ne fais pas l’un, l’autre me manque. En deuxième année de master je vois une offre de stage qui passe pour le projet Sain et sauf.  Ce stage m’a permis de concilier la géographie et le cinéma.

Claire : Ma première expérience de réalisation s’est faite de manière incidente vers 2010. Je prenais part à la contestation contre les gaz de schiste en Ardèche. C’était un énorme mouvement social. On s’est dit avec Lucinda [Groueff], qui utilisait le film pour sa thèse, et Brice [Julien], alors en thèse de géographie, qu’il fallait en garder trace. On est parti interroger des acteurs de ce mouvement. Moi, j’étais en thèse de philosophie. C’était la première fois que je faisais du terrain. Lucinda a assumé tout le côté technique, le tournage et le montage. J’ai compris qu’au montage, on pouvait dépasser ce qu’avait dit chacun et retraduire un état d’esprit général. Cela m’avait fasciné. Tu disais Maëlle : « le documentaire est parfois plus fort que la fiction », j’ai fait exactement cette expérience avec l’écriture de No gazaran

Pouvez-vous nous dire un mot sur le spectacle interactif « Sain et sauf » ?

Claire : Le spectacle interactif Sain et sauf est né dans le cadre du projet de recherche-action i2PRI coordonné par Élise Beck, du laboratoire Pacte. Le projet est financé par des fonds FEDER dans le cadre du Programme Opérationnel Interrégional Alpin. Il vise à évaluer la place de l’information préventive déployée par les pouvoirs publics dans les comportements adoptés par la population face aux risques majeurs, comme les crues ou les séismes. Le spectacle est mis en scène et joué par le comédien et dramaturge Pascal Servet. Dans Sain et sauf, Pascal Servet invite des personnes à rentrer à tour de rôle dans une alcôve pour vivre une mise en situation. L’alcôve est l’endroit d’un récit de crise. Elle est aussi l’endroit où l’on joue à prendre des décisions sous contrainte. Les chercheur.es ont fait de ce dispositif théâtral un dispositif d’enquête : il s’agissait d’observer les enquêté.e.s et leurs réponses dans l’alcôve, leur conformité avec les consignes de prévention des risques, pour les amener à expliciter les raisons de leurs décisions. 

Comment a émergé votre projet de film ?

Claire : Dès la conception du spectacle interactif et du dispositif d’enquête Sain et sauf nous nous sommes posé la question de filmer les réactions des enquêté.e.s pour pouvoir analyser les interactions avec le comédien et leur dimension émotionnelle de manière fine. L’idée de départ était d’utiliser le film comme un outil d’enregistrement, mais c’était trop gourmand en temps : six terrains avec à chaque fois quatre jours d’enquête… Donc pour des questions techniques – filmer et dérusher 200 entretiens – et de droit à l’image qui auraient ajouté à la complexité du recrutement des enquêté.es, on ne l’a pas fait. Lorsque nous avons avancé dans le projet, force était de constater la difficulté de parler de ce dispositif théâtral à quelqu’un qui n’en n’avait pas fait l’expérience. L’idée a fait son chemin : le film pouvait être pertinent pour montrer ce que fait le dispositif théâtral, sans filmer l’enquête pour autant. Cela revenait à montrer les différentes manières de réagir dans l’alcôve. Là, il y a l’apport de Maëlle. Quand on l’a recrutée en stage elle est arrivée avec une méthode structurante, celle de l’écriture d’un projet filmique. 

Quelle a été cette méthode d’écriture ?

Maëlle : Avant même de se poser la question du tournage et de la forme du montage, le fait de ne pas savoir à quoi servent les images pose problème. C’est une méthode que j’avais pu apprendre dans mes études de cinéma. Pour résumer, c’est assez semblable à celle d’un projet de recherche. Avant la phase de terrain, on a une méthodologie, une problématique. Là, ça ne s’appellera pas une problématique mais une note d’intention. La phase d’écriture nous a permis de décider de faire un film qui mélange documentaire et fiction avec trois types d’images : une partie explicative, avec des interviews qui aident à comprendre le projet de recherche, une partie documentaire illustrative où l’on voit des personnes faire l’expérience de Sain et sauf, enfin une partie fictionnelle où une actrice joue différentes manières de réagir dans l’alcôve face au comédien Pascal Servet. C’est Susie Henocque qui joue ces différentes tonalités émotionnelles. Cette partie fictionnelle, c’est celle qui nous a pris le plus de temps puisqu’il a fallu créer les personnages sur la base d’une analyse qualitative.

Claire : Le contexte de travail était particulier. Le stage de Maëlle a démarré le 1ermars 2020, c’était le début du confinement ! Avec toutes les incertitudes qu’il pouvait y avoir… est-ce qu’on va réaliser un film ou est-ce que c’est la fin du monde ? [rires] Pour identifier les personnages et écrire les dialogues, on est donc retourné vers le matériel de l’enquête. J’avais participé à l’enquête pendant un an, j’avais fait et refait l’expérience un certain nombre de fois. On a repris le fichier des 200 enquêté.e.s, leurs réponses et les observations des enquêteurs. Et on s’est mises à analyser les différentes dimensions de l’interaction entre l’enquêté.e et le comédien à partir des informations contenues dans les grilles d’observation et de debriefing du spectacle interactif.

Ce sont les personnes enquêtées qui ont inspiré les personnages du film ?

Claire : Oui mais cela a supposé de déplacer le regard porté sur les résultats de l’enquête. À ce moment-là le projet entrait dans une phase d’analyse quantitative des entretiens. Les chercheurs débutaient une corrélation entre l’âge, le lieu de résidence, les catégories socio-professionnelles et le type de réaction face au risque. J’avais une insatisfaction à procéder ainsi pour le film. Cela laissait entrevoir une normativité sous-jacente dans le fait de bien ou mal répondre. À l’écran, cela aurait donné quelque chose de l’ordre de l’expérience de Stanley Milgram, avec des personnes dont on étudie les réactions face à des situations fictives [cf. le film de Michael Almereyda, Experimenter, 2015]. Si l’on utilisait des trajectoires de personnes réelles, cela présentait le risque d’associer des bonnes ou mauvaises réponses à un type de personnes, par exemple à un âge, ou à un genre.

Maëlle : De mon côté, je ne voulais pas que ce stage se réduise à une prestation en cinéma. Je voulais valider mon diplôme en géographie. Il fallait que la démarche soit valable scientifiquement. Donc j’étais intéressée par le fait que les personnages soient issus d’une ré-analyse des données. Il fallait être rigoureux avec les types de réaction rencontrées, sans non plus pointer du doigt les comportements et tomber dans la caricature. C’est quoi être « responsable », « calme », « affolé » ? Si on montre une mère qui se met à pleurer, est-ce que les gens vont trouver ça normal ? Et à l’inverse, anormal si c’est un homme ? On a donc essayé de moins parler des personnes que des situations et des émotions rencontrées, pour éviter les images toutes faites.

Cela veut dire que la fiction a permis de lire autrement les résultats de l’enquête ?

Claire : Oui. Nous avons mené une analyse qualitative à partir des entretiens, et on a dégagé d’autres catégories que celles de l’enquête quantitative pour analyser les résultats. C’est ce qui a guidé la création de nos personnages. Il y a eu aussi une écriture des répliques inspirée des vraies répliques associées aux personnes, qui correspondaient aux profils identifiés et observés dans le projet. Ce qui fait que nos personnages sont fictionnels mais pas fantaisistes pour autant.

Qu’est-ce que le film a montré de plus que l’enquête ?

Claire : Il nous a conduit vers un contre-modèle des clips de prévention des risques. On réfléchissait pas mal à ce qui fait qu’on se sente concerné ou non par une action de prévention. D’ordinaire, on en fait une question morale qui consiste à pointer des mauvais comportements. Cela ne permet pas de comprendre pourquoi les personnes réagissent différemment de ce qu’elles devraient faire même en connaissant les consignes. Le projet et le film ont montré ça : il n’y a pas de corrélation entre bonne information et bon comportement. En situation, les choses s’enchaînent de telle façon que se mettent en route des mécanismes psychologiques, d’attention aux autres, de sentiments de responsabilité à l’égard des enfants ; ce qu’une lecture normative ne parvient pas à saisir.

Comment l’écriture du projet filmique a-t-elle orienté la mise en scène du film ?

Maëlle : Tout un chacun peut réagir de différentes façons. Le travail d’écriture nous a conduit vers l’idée que tous les profils et toutes les réactions seraient joués par une même personne. Pour le coup c’est un vrai choix de mise en scène cinématographique. Cela permet au spectateur de se mettre dans la peau d’un personnage et de vivre différentes émotions. Le film donne à voir une complexité émotionnelle chez un même individu. Il n’assigne plus un comportement à une personne.

Claire : On a eu cette idée de tout faire jouer par une même comédienne pour mettre en sourdine l’association d’un type de personne à un type de réaction ou d’émotion. Pourquoi, par exemple, montrer que lorsqu’il s’agit des enfants, les personnes « responsables » seraient plutôt les femmes ? Plutôt que le genre ou l’âge, notre mise en scène a privilégié le vêtement pour aider à décoder les types de réaction [la comédienne porte un vêtement de couleur différente en fonction de ses réactions face au risque]. Et puis, Susie Henocque, la comédienne, joue de différentes manières pour que le spectateur apprivoise les manières plurielles de réagir dans une situation donnée.

Comment avez-vous abordé la direction d’acteur ?

Claire : Pour sa préparation en tant qu’actrice, on lui avait fait vivre le spectacle interactif en tant que participante, sans préparation. Elle a pu expérimenter à titre personnel ce que cela fait d’être dans l’alcôve. Ensuite, le tournage était programmé : il nous fallait toute notre matière sur 5 jours. On avait préparé nos fiches personnages avec une description de type de personnage et une trame pour une semi-improvisation. On a fourni à Susie ces fiches en mettant à chaque fois des exemples de phrases dites par les enquêté.e.s. On voulait faire comprendre à Susie des tonalités émotionnelles et ensuite, c’était à elle de créer le personnage. On rejouait plusieurs fois le même personnage en la guidant après chaque prise, jusqu’à ce que nous soyons satisfaites. 

Maëlle : Oui, on lui proposait deux ou trois réponses types et elle choisissait celle qu’elle préférait. Et puis elle avait une liberté de réaction avec le comédien, Pascal Servet. 

Claire : C’est le fait de jouer qui fait tenir le personnage. D’ailleurs, elle a eu beaucoup de difficultés à jouer les personnages identifiés comme n’ayant pas le comportement approprié. Ce sont les personnages qui savent ce qu’il faudrait faire dans une situation à risque mais qui ne le font pas. La comédienne, disait : « Ce n’est pas possible. Je ne vois pas comment ça peut arriver ! ». Heureusement, durant le tournage, des personnes ont participé au spectacle interactif pour la partie documentaire, et elle a ainsi pu voir que des personnes pouvaient choisir les mauvaises options en toute bonne foi. 

Quelle a été votre économie de production ?

Claire : On est resté dans l’enveloppe du projet. On a eu la chance de bénéficier du matériel de l’atelier-vidéo et de ne pas avoir à l’acheter. Le logiciel de montage était libre de droit. Toute cette mutualisation a permis de lancer les choses. Ensuite, on a acheté un ordinateur de montage avec l’argent du projet, qui a aussi financé le stage de Maëlle. Puis on a fait une prestation pour Pascal Servet et la comédienne Susie Henocque, de l’ordre de 5000 à 6000 €, avec une dimension d’assistance à réalisation avec les frais liés à cinq jours de tournage. L’alcôve était déjà là. Pascal s’est fait prêter la salle par la régie de la Bastille. On a eu le prêt et l’installation des lumières par un ami de Pascal… un renvoi d’ascenseurs entre comédiens. Si on avait du payer tout ça, le coût global aurait été beaucoup plus important. 

Maëlle : L’idée de faire appel à une seule comédienne qui joue tous les profils avec un code couleur selon les personnages a aussi été un moyen de tenir le budget du film, et cela a simplifié le tournage dans un contexte de pandémie.

Vous avez monté le film toutes les deux, sans aide extérieure ?

Maëlle : Oui.

Claire : Toutes les deux sur le montage de la partie fiction du film. Après, en distanciel,  Maëlle a travaillé sur le montage de la partie documentaire à partir d’une trame convenue.

Et comment se passe la diffusion de ce film de recherche ?

Maëlle : Ça, c’est la partie qui arrive plutôt en ce moment.

Claire : On a montré une première version du film dans le cadre de l’atelier-vidéo, puis il y a eu la diffusion auprès de collègues, sur internet, au colloque Co-restart [Les territoires de Montagne face aux risques et aux changements climatiques : Enjeux, approches et perspectives], à Grenoble en juillet 2021. Ensuite on s’est servi du film pour revenir vers les acteurs des territoires partenaires du projet. Il devait y avoir des séances de présentation du film qui n’ont pas pu avoir lieu faute de Covid 19. Élise utilise régulièrement le film en cours. En termes de diffusion, on n’a pas eu beaucoup d’opportunités du fait de la pandémie. Le film est diffusé sur la chaîne Youtube du laboratoire Pacte, et c’est le film le plus regardé de la chaîne !

Le film Dans l’alcôve est accessible en ligne 

Autres films mentionnés dans l’entretien :

Mademoiselle : https://www.youtube.com/watch?v=VBFcddqamQs&ab_channel=A.I%26SLesAteliersdel%27Image%26duSon

No Gazaran : https://echolocate.wordpress.com/2012/01/05/no-gazaran/

Découvrir les travaux de : 

Claire Revol : https://www.pacte-grenoble.fr/membres/claire-revol

Maëlle Banton : https://lagam.xyz/2022/01/10/3448/