Filmer le travail des relations sociales

Cinémathèque de Grenoble, le 19 janvier 2022, 9h30-12h30

Performers#10 – La fabrique de l’éphémère est une série documentaire sur le travail. En 2016, le Musée des Arts et Métiers -institution muséale de l’époque pré-industrielle- proposa à dix artistes-plasticiens de créer une performance dans ses allées d’exposition : de quoi, sans doute, redonner une place au travail humain alors même que ce musée donne à voir les machines et les objets techniques inventés par le travail mécanique, tels des emblèmes des premiers âges de… la performance industrielle.

Ici, le geste artistique est venu replacer la question du travail au cœur même de l’activité humaine, au sens d’un travail humain tel que le rappelle le psychanalyste Denis Vasse dans Le temps du désir, essai sur le corps et la parole« Le travail n’est humain que lorsqu’il noue ensemble le discours de l’homme et son corps. À cette condition, il a quelque chose à voir avec la parole : comme elle, il est le lieu de l’unité et de la différence entre le corps de l’homme et son discours. Comme elle, il est l’expression du désir » (Vasse, 1977 : 96-97). Mais, comment rendre compte de ce que pouvait faire la performance artistique à ce lieu qui symbolise l’avènement de la performance industrielle ? En s’attachant aux “performances interactionnelles” entre cette institution patrimoniale et les artistes-performers.

Par l’observation filmée des situations de coopération et de négociation, il devenait possible de faire le récit de ce qui se jouait pour cet établissement de la culture entrepreneuriale devenu soudain si vulnérable face au geste artistique. Entre ces anciennes machines de la mécanique industrielle se manifestait, le temps d’un week-end, la fabrique de l’éphémère.

Christian Lallier est anthropologue et cinéaste. Il a réalisé une douzaine de documentaires dont Nioro-du-Sahel, une ville sous tension (1997)L’argent de l’eau (2005)L’élève de l’Opéra (2015). Ses travaux de recherche l’ont conduit à développer une méthode de l’enquête ethnographique par le documentaire d’observation : l’anthropologie filmée. A l’issue de sa thèse à l’EHESS, il publie Pour une anthropologie filmée des interactions sociales aux Editions des Archives Contemporaines. Il enseigne l’anthropologie filmée depuis plus de 15 ans dans l’enseignement supérieur et auprès des laboratoires de recherche.

Mélodie Drissia Tabita est vidéaste, ethnographe et artiste sonore. Après un Master en cinéma documentaire à l’Université de Provence, elle réalise son premier film en 2016, Avec le frère de mon père mort, sélectionné en compétition au RISC à Marseille et au Festival International du film numérique de Cotonou. En 2018, sa vidéo-sonore Faut pas t’inquiéter est sélectionnée au festival Les Instants Vidéos. En 2019, son poème sonore La dame au pain biscuit est publié sur la radio en ligne R22 tout le monde. Elle réalise actuellement le montage de son deuxième film documentaire, La maison et la route.

En 2016, Christian Lallier fonde le Lab’AF-Laboratoire d’anthropologie filmée– : une société de production audiovisuelle qu’il dirige avec Mélodie Drissia Tabita. Ils produisent et réalisent des documentaires pour des institutions de recherche (Musée des Arts et Métiers, Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne, CNRS,…) ainsi qu’une enquête ethnologique de plus d’un an sur le patrimoine immatériel d’un site industriel. Ils viennent de réaliser une anthropologie filmée sur une action culturelle avec les habitants de Prezegat, un quartier de Saint-Nazaire. Un documentaire co-produit avec la CNCM Athenor est actuellement en cours de montage.



Citer ce billet
Olivier Labussière (2021, 17 décembre). Filmer le travail des relations sociales. Atelier-vidéo. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2z7

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search